Nos années Pif

Pif l'envers du gadget




La 11ème édition du festival Les Crayonantes diffuse le film de Guillaume Podrovnik "Pif, l'envers du gadget" qui raconte l'épopée du magazine jeunesse le plus novateur de son époque.

Dans la foisonnante offre de magazines BD des années 1970 et 1980, Pif Gadget se distinguait de ses concurrents par son gadget, bien évidemment, mais aussi par son engagement politique.

Lancé en 1969 par les éditions Vaillant, Pif Gadget était une émanation du Parti Communiste Français. Il ouvrait ses jeunes lecteurs aux grands problèmes du monde : la famine, l'écologie, la géopolitique, des thèmes rarement abordés dans la concurrence.

Pif, c'était aussi le vivier d'un grand nombre de héros de bandes dessinées entrés dans la postérité telles Rahan (Lecureux et Chéret) et Docteur Justice (Marcello et Olivier), mais aussi Corto Maltese (Pratt), Gai-Luron (Gotlib), le Concombre Masqué (Mandryka), Léonard (Turk et De Groot), Sylvio (Luguy), Dicentim (Kamb), les énigmes de Tim (Dirick), qui se sont fait leur place aux cotés des tauliers Pif et Hercule (Arnal), Placid et Muzo (Arnal), Pifou (Mas) et Léo (Mas).

Le magazine fut un tel succès - certains numéros atteignant le million d'exemplaires - qu'il rapportait beaucoup d'argent au Parti Communiste Français, ce qui n'était pas sans créer quelques tensions et conflits internes.

Le film de Guillaume Podrovnik retrace cette épopée à travers les témoignages d'auteurs du journal mais aussi celui d’anciens lecteurs.

Sur le web :



Mots-clés : , ,




Laisser un commentaire