Interview d’auteur : Eric Ivars

Eric Ivars




Eric Ivars, pilier du magazine Psikopat et auteur d'une poignée d'albums, s'est installé sur la côte atlantique depuis quelques années. Taille Crayon est allé le rejoindre pour la petite interview maison.

Bonjour Eric. Tu peux te présenter brièvement ?

Je m'appelle Eric Ivars. Je suis né à Paris IVème un joli mois de mai 1963.

Eric IvarsTu vis à Nantes ?

Je vis près de La Baule depuis presque cinq ans. Avant, j'étais en région parisienne.

Tu as suivi quoi comme études ?

Mes études ont été assez courtes. Tout petit déjà, je savais ce que je voulais faire. Donc, je me suis mis au dessin assez tôt. J'ai fait aussi une école d'infographie car au niveau informatique, j'étais assez nul.

A quel moment tu t'es décidé à te consacrer au dessin ?

Très jeune donc j'avais très envie de faire de la BD ou du dessin. Mais professionnellement, c'est vers les 17, 18 ans que j'ai commencé à faire les démarches dans les boites d'éditions et rédactions de magazines BD.

Tu as participé à un fanzine, un collectif ?

Plein ! Des collectifs surtout, BD et illustrations. Ca ne m'a pas apporté beaucoup d'argent !

Eric Ivars, Colette Infirmère de l'EspaceQu'est-ce qui te plaît dans le mode d'expression que tu as choisi ?

La liberté de faire ce que tu veux avec tes crayons : quoi de plus cool, que de s'installer à sa table à dessin, et de faire ce que tu aimes, en plus, des fois il y a des gens qui te paient pour ça. Enfin il paraît…

Tu travailles où ?

Je travaille chez moi, j'ai un petit atelier assez calme. A droite, ma fenêtre donne sur des arbres. A gauche, c'est la mer…

C'était quoi, tes lectures d'enfant ?

J'étais vraiment accro tout petit aux BD. J'adorais lire des Tartine, Popeye, Dodu, Pif, Mickey, Pepito, Zembla, Blek, Pim Pam Poum, etc. Après, j'ai découvert des dessinateurs comme Eisner avec le Spirit, je devais avoir dans les 7, 8 ans, là, ça a été la claque… D'autres aussi, Gillon, Hugo Pratt, Raymond Poïvet, Jean Cézard, Mandryka, Dubout et Marcel Gotlib.

Eric Ivars Suicides de MénageEt maintenant, tu lis quoi ?

J'aime les mêmes auteurs, que je lisais dans les années 80 : Shelton, Margerin, Ben Radis, Tardi, Vuillemin, Gotlib, mais aussi des dessinateurs américains comme Berni Wrightson, Corben, Daniel Clowes aussi. Mais en fait, je ne lis pas beaucoup de BD, en tout cas, moins qu'il y a quelques années.

C'est quoi tes influences, dans l'art en général ?

En BD, et bien, les auteurs cités ci-dessus, mais c'est surtout des dessinateurs comme Dubout, Tillieux, Hergé, Crumb, que j'aimais le plus. Plus jeune, je m'amusais à redessiner des planches entières !

Il y a d'autres œuvres qui t'ont marqué, qui t'inspirent ?

Non, pas spécialement, des voyages à l'étranger peut-être...

Eric Ivars Circus StoryComment tu qualifierais ton style ?

De personnages à gros nez !

Tu as une passion, un "violon d'Ingres" ?

La moto, la musique, les voyages…

C'est quoi ton coup de coeur artistique du moment ?

L'anthologie consacrée à Richard Corben chez Délirium, c'est de la bombe !

Ta première publication ?

C'était sur Rock'n'Folk en janvier 1985. Ensuite Best et Fluide Glacial.

Quelle publications sont particulièrement importantes pour toi ?

Celles dans Fluide Glacial et puis bien sûr dans Psikopat où je publie toujours.

eric-ivars-album-des-bigoudis-et-des-hommesTon actu ?

Je prépare la suite de « Des bigoudis et des hommes », et un autre album jeunesse.

C'est quoi le projet dont tu rêves ?

Je ne rêve pas de projets, j'essaie de les concrétiser !

Tu aimes le contact avec le public ?

J'aime bien voir le public dans les festivals BD. On est parfois surpris de voir certains lecteurs, j'aime bien discuter avec eux pendant les dédicaces.

A ton avis, il y a-t-il quelque chose qu'on pourrait faire à Nantes pour favoriser les bédéastes et illustrateurs ?

Des rencontres avec le public, et plus de salons BD sur Nantes ou sa région.

Merci Eric

Sur le web : www.eric-ivars.com



Mots-clés :




Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.