Interview d’auteur : Guillaume Néel

Guillaume Néel




Guillaume Néel, caricaturiste normand installé dans nos contrées nantaises, répond à nos questions. Sans les déformer.

Bonjour Guillaume. Peux-tu te présenter brièvement ?

Guillaume Néel, la trentaine passée.  Je suis originaire de Bayeux et Caen (Ah ! la Normandie...) et j’habite sur la région nantaise depuis près de dix ans. Je dessine depuis que je suis né. J’ai commencé à faire des petits travaux d’illustrations pour des assos et des particuliers. Puis des sociétés à partir de 15 ans, un petit peu plus tard pour l’Édition et la Presse. Le fil rouge de mon parcours est la caricature. Enfin… tout est un petit peu lié.

Quelle est la première BD ou illustration que tu as lue ?

Guillaume NéelLa première BD que j’ai du lire, ça doit être un Astérix, un Yakari, un Gaston ou un Lucky Luke. Je ne serais pas formel, car j’ai toujours été entouré de livres. Avant cela, je devais avoir des livres illustrés pour la jeunesse.

Quelle est la première BD ou illustration à laquelle tu as participé ?

Tout gosse j’ai participé à des petits crobards pour  les affiches et lettres de l’asso de mon village, puis de mon école. En terme de projets sympas, à 15 ans, j’ai réalisé les caricatures d’un groupe de musique (les Soulmen, rythm'n'blues) pour leur pochette CD. Au niveau des livres, j’en ai fait pas mal tout jeune qui ne sont jamais sortis (heureusement).  Puis j’ai sorti chez Viking éditions, une BD avec un livret pédagogique ; "Le Diable & L’Archange". La légende du Mont Saint Michel commence...

As-tu un mentor, un auteur/illustrateur  qui t'inspire particulièrement ?

Au niveau du dessin, beaucoup de personnes m’inspirent. De façon non exhaustive, je citerais Mort Drucker, Franquin, Mulatier, Roba, Marini, Uderzo, Romita Sr, Manu Larcenet, Arthur de Pins… et tant d’autres.

Quel est ton héros/héroïne de BD préféré ?

Guillaume NéelJ’apprécie beaucoup Obélix, Rantanplan, Gaston, Spiderman, Thor, le Scorpion, Soda (le faux prêtre – vrai flic), Manu (celui de "Le retour à la Terre" et de "Le combat ordinaire").

A quel moment de la journée travailles-tu le mieux ?

En fait je travaille tout le temps. En journée une bonne dizaine d’heure dans l’agence où je suis associé (Label communication) et le soir et le week-end pour l’illustration de Presse, les projets d’édition ou d’animation. Quand je suis reposé, je prends plus de plaisir à bosser entre 21 heures et 2/3 heures du matin.

Ecoutes-tu de la musique lorsque tu dessines ?

En effet j’écoute de la musique quand je travaille, où je mets un film, une série, un documentaire en fond sur ma télé. J’écoute vraiment de tout, même si j’ai un penchant pour la pop rock folk et les chansons fantaisistes. Lorsque je caricature un chanteur ou un musicien, j’écoute son travail en boucle. Ça permet de capter d’autres émotions que l’image ne capte pas toujours et d’essayer de les insuffler dans mon travail.

Guillaume NéelQue détestes-tu dessiner par-dessus tout ?

J’ai beaucoup de mal à dessiner des personnages réels antipathiques. J’ai dû réaliser il y a peu les portraits de deux personnalités politiques, le père et la fille, pour le journal Fakir. Ce sont des personnes assez agressives dans leur façon d’être et dont je ne partage pas les valeurs ni les idées. Passer une dizaine d’heures en leur compagnie pour en faire leur portrait fidèle fut assez éprouvant.

Qu'est-ce que tu apprécies dans les festivals auxquels tu es invité ?

Dans les festivals auxquels je participe, j’apprécie surtout la simplicité, la proximité, l’échange entre auteurs et visiteurs. J’aime aussi beaucoup lorsqu’il y a un petit plus : animation dessins en direct sur grand format, battle amicale (un peu l’esprit de l’émission Tac-o-tac sur la BD dans les années 70).

Ton actualité ?

Guillaume NéelJe viens de finir un livre de nouvelles (le deuxième tome), un collectif illustrées avec 10 autres auteurs, des Normands qui écrivent et pour qui, donc, je réalise les illustrations. Il s’agit de "Nouvelles Vagues" (qui fait suite à "Nouvelles Lunes") aux éditions Saperlivpopette. Il y a ce projet BD avec Fred Coicault au scénario aux éditions Sixto. En toile de fond, depuis trois ans, je poursuis l’élaboration d’une expo caricatures et portraits de Clint Eastwood. Grâce à cette icône du cinéma au visage connu presque par tous, je tend à montrer qu’il n’y a pas qu’une bonne caricature ou ou un bon portrait. En suivant des pistes de ressemblance ou de déformation variées, nous obtenons des résultats totalement différents sur le fond et sur la forme, ce qui ne nous empêchent pas pour autant de reconnaître le seul et unique individu représenté. Il me reste encore un tiers de ce travail à faire pour que ce soit complet.

Merci Guillaume !

Sur le web :

guillaume_neel_siteweb

 



Mots-clés :




Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.